La prescription électronique Recip-e

La prescription électronique Recip-e

Depuis le 1er janvier 2017, l’e-prescription prime…

L’INAMI insiste notamment sur le fait que depuis le 1er janvier 2017, lors de l’exécution d’une prescription électronique, aucun ajout manuscrit au document ne pourra être pris en compte.
Seul le contenu de la prescription électronique doit être pris en compte.
Pour consulter les slides de la présentation consacrés aux changements au 1er janvier, cliquez ICI.

Mais l’ordonnance papier reste toujours valable.
Pas de crainte à avoir !


Entrée en vigueur théorique de cette obligation pour les médecins reportée au 1er juin 2018

Décision du Comité de l’Assurance de l’INAMI prise le 13/11/2017 de postposer l’entrée en vigueur de cette obligation à une date ultérieure.
Selon le site de l’INAMI  , cette obligation entrera en vigueur au 1er juin 2018, avec des exceptions.

L’obligation de prescrire par voie électronique s’appliquera à:

  • tous les prescripteurs en ambulatoire (généralistes, spécialistes, dentistes et sages-femmes), à l’exception des prescripteurs ayant atteint l’âge de 62 ans à la date du 1er juin 2018.
  • toutes les prescriptions de médicaments destinées à des patients en ambulatoire, émises au cabinet du prescripteur, lors d’une consultation à l’hôpital ou dans d’autres situations comme les postes de garde, à l’exception des visites à domicile ou dans une institution, et ce indépendamment de l’âge du prescripteur.

Informations sur le site INAMI: cliquez ICI


Recip-e : le patient prime

Le chargement des prescriptions électroniques reste problématique. Il s’agit surtout de problèmes liés au logiciel du médecin, qui occasionnent – malheureusement – des soucis en pharmacie.
Il est important de continuer à notifier chaque problème rencontré avec Recip-e.
Vous pouvez le faire soit via le formulaire en ligne, soit en envoyant un mail à l’adresse support@recip-e.be.
L’intérêt du patient prime quoi qu’il arrive ; même en cas de problème avec la délivrance d’une prescription électronique. En cas de souci, vous pouvez toujours vous en remettre au papier « preuve de prescription électronique » ou à la prescription papier avec le code-barres supplémentaire (RID) de l’année dernière. L’INAMI a ratifié une mesure transitoire reconnaissant que le pharmacien, en cas de « force majeure » – s’il n’a pas accès aux prescriptions électroniques sur le serveur de Recip-e – peut exceptionnellement délivrer le médicament sur la base des informations présentes sur la « preuve de prescription électronique ».
Nous vous recommandons de transmettre ensuite ce document à votre office de tarification. Les cas de force majeure ne donneront pas lieu à des refus de remboursement, mais ils seront surveillés de près pour éviter tout abus.

Quant à la tarification, c’est le principe de « délivrance correctement tarifée, délivrance correctement remboursée » qui prévaut. Si vous apportez des modifications à une prescription, nous vous conseillons de les noter sur la « preuve de prescription électronique » que vous transmettrez à votre office de tarification. Pensez à les contacter en cas de doute

 
info APB 04/01/2017

Et les prescriptions de stupéfiants avec Recip-e?

La circulaire 625 de l’afmps de juin 2016 répond à cette question: cliquez ICI

Informations diverses sur le sujet:

  • Communiqué de presse INAMI du 23/12/2016 : cliquez ICI
Qu’est-ce qui change pour le patient? Qu’est-ce qui change pour le pharmacien? Et la prescription papier?
Vous trouverez les réponses claires et précises sur le site de l’INAMI.
  • FAQ complète réalisée par l’APB pour ses membres: cliquez ICI
  • Mesure transitoire pour ces premiers mois de 2017:
Une mesure transitoire sera d’application, et ce, afin de faire face aux problèmes qui subsistent sur le terrain avec Recip-e.
Concrètement, si vous n’avez pas d’accès à la prescription électronique sur le serveur Recip-e ou si un problème technique survient lors de l’archivage des prescriptions électroniques dans l’« Archive Centrale »*, vous pourrez exceptionnellement délivrer les médicaments sur la base des informations mentionnées sur la « preuve de prescription électronique » (le document papier qui, à partir du 1er janvier 2017, remplacera les prescriptions actuelles portant deux codes-barres).
A noter: les cas de « force majeure » ne donneront pas lieu à des refus de remboursement. Nous vous recommandons de transmettre à votre office de tarification, avec les prescriptions papier toujours valables, la « preuve de prescription électronique », si cas de force majeure.  Et de noter, communiquer à votre OT la raison pour laquelle vous n’avez pas réussi à lire le RID et avez dû utiliser « la force majeure ».
* Vous avez entre-temps été informés par votre OT sur cette solution d’archivage mise à votre disposition par l’ensemble des offices de tarification.
  • Etat des lieux de l’asbl Recip-e (janvier 2018): cliquez ICI

Site officiel d’informations sur la prescription électronique Recip-e: cliquez ICI