Tombée vendredi en début de soirée, la nouvelle a déjà été largement relayée dans les médias ce week-end (notre porte-parole, Alain Chaspierre, est notamment intervenu aux journaux télévisés de la RTBF et de LN24)…
Malgré l’opposition des syndicats médicaux, le Conseil des ministres a donc bien approuvé l’avant-projet de loi du ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, autorisant les pharmaciens à prescrire et à administrer les vaccins contre la COVID-19 en officine. Une décision qui vise, comme l’a rappelé notre président Koen Straetmans à la VRT, à renforcer les capacités belges en matière de vaccination: « C’est une question de complémentarité. Nous voulons ainsi toucher des gens que l’on ne parviendrait pas à atteindre autrement. On le voit déjà à l’étranger: quand on implique les pharmaciens, le taux de vaccination augmente. »

Que contient le texte de cet avant-projet de loi?

  • L’autorisation pour le pharmacien de prescrire les vaccins contre la COVID-19 (à la seule condition que l’administration se fasse directement dans l’officine elle-même).
  • L’autorisation pour le pharmacien de préparer les injections à l’officine (c.-à-d. de prélever les doses individuelles à partir des flacons multidoses).
  • L’autorisation pour le pharmacien (moyennant le suivi d’une formation spécifique) d’administrer les vaccins contre la COVID-19.
  • La prolongation de l’autorisation accordée aux pharmaciens d’effectuer des tests antigéniques rapides en officine.

Les prochaines étapes

Si ce feu vert du gouvernement constitue un cap important et une excellente nouvelle pour notre profession, il vous faudra toutefois faire preuve d’encore un peu de patience avant de pouvoir vacciner contre la COVID-19 dans votre pharmacie. En effet, l’avant-projet de loi a été transmis pour avis au Conseil d’Etat. Il devra ensuite passer en commission Santé, puis en séance plénière de la Chambre avant de pouvoir être publié au Moniteur pour ensuite entrer en vigueur.

Par ailleurs, les modalités pratiques du déploiement de la vaccination en officine doivent également encore être discutées au sein des organes de concertation compétents. Nous vous en informerons dès que nous aurons plus d’informations.

Source: info APBFlash 13/12/2021