26/11/2020

L’APB et OPHACO maintiennent leur note adressée au monde politique concernant l’implication des pharmaciens. Le secteur souhaite aborder cette question avec les autorités politiques de manière responsable et s’inscrire dans la stratégie de testing nationale. Nous travaillons actuellement pour remplir les différents critères (formations, encodage des résultats, protocole de qualité) afin d’être prêts en cas de demande des autorités.

En attendant, concrètement, nous vous suggérons d’éviter de vendre les tests rapides validés par l’AFMPS à des particuliers. Si rien dans la loi ne vous interdit de le faire, ces tests rapides ne sont cependant pas destinés à être réalisés par le patient lui-même, mais par un acteur de soins habilité (dans ce cas de figure, la vente ne pose pas de problème). D’autre part, il est important que les résultats soient communiqués vers les autorités et le médecin généraliste de la personne testée.

Nous vous tiendrons informés de l’avancée de ce dossier et restons, bien entendu, en contact permanent avec les autorités à ce sujet.
(source APBNews 26/11/2020)


18/11/2020

Nous vous annoncions le 4 novembre que le projet de loi suivait son parcours législatif.

La loi est parue au Moniteur Belge le vendredi 13 novembre 2020.

Extrait de la loi publié: cliquez ICI

Avant de parler d’un déploiement concret du testing COVID-19 en officine, un certain nombre de balises doivent être posées. L’APB et Ophaco ont fait des propositions aux autorités via une note (cliquez ICI) .


04/11/2020

Selon les médias « Les pharmaciens peuvent faire les tests covid»

Une fois de plus, les médias ont préféré jouer sur l’effet d’annonce…

Une proposition de loi suit son chemin législatif. Ce projet de loi donne la possibilité (temporairement) à des personnes (dont le pharmacien)  qui ne sont pas légalement qualifiées pour exercer l’art de guérir, d’accomplir des actes médicaux en vue d’effectuer les tests relatifs au covid.

Extraits de ce projet de loi : cliquez ICI

Nous pouvons dire au sujet de cette proposition de loi portant diverses mesures sociales suite à la pandémie de COVID-19 (nouvel intitulé) (1365/10) que la Chambre adopte la proposition de loi. Elle sera soumise en tant que projet de loi à la sanction royale . (INFO JURIDIQUE DU 04/11/2020)

Différents aspects pratiques (protocole à suivre, public cible, rémunération, qualité des tests, type de test, communication et transmission des résultats…) seront discutés par la suite par l’APB et OPHACO pour l’application de cette loi.


04/11/2020

Communiqué de presse APB-OPHACO

Ce mardi 3 novembre, l’APB et l’Ophaco ont réitéré, par voie de communiqué de presse, leur proposition d’intégrer les pharmaciens dans la stratégie globale de dépistage de la COVID-19 dans notre pays. Objectif: rappeler à nos autorités et aux décideurs politiques qu’une contribution de notre secteur, concertée avec les autres acteurs concernés et, de préférence, coordonnée au niveau local, permettrait de soulager les structures actuellement surchargées tout en augmentant la capacité de testing dans notre pays. Ceci devrait notamment offrir la possibilité aux personnes asymptomatiques de se faire tester dans des conditions optimales, tant au niveau de la qualité du testing réalisé que de la sécurité de toutes les personnes impliquées dans celui-ci.

L’objectif de cette initiative conjointe avec l’Ophaco est également de donner un cadre clair aux pharmaciens qui souhaitent ou, pour certains, qui se sont déjà lancés dans cette démarche de testing en pharmacie. Nous voulons rappeler ici notre position sectorielle, qui est de s’intégrer au maximum à la stratégie globale des autorités.

Des conditions préalables

Avant de parler d’un déploiement concret du testing COVID-19 en officine, un certain nombre de balises doivent être posées. L’APB et Ophaco ont fait des propositions aux autorités via une note (cliquez ICI) .